Rechercher
Close this search box.

LA RUE FALARDEAU

Commission de toponymie

Gouvernement du Québec

Elle a les mots qu’il faut
Pour nommer le pays
(…)
C’est la langue de mon coeur
Et le coeur de ma vie
Michel Rivard, Le coeur de ma vie

 

Génocide reconnu ou non du général anglais Jeffery Amherst (1717-1797), alors à la tête de l’armée anglaise qui s’est emparée de Montréal en 1760 et qui devint gouverneur général de L’Amérique du Nord britannique de 1760 à 1763, jusqu’au Traité de Paris, ou de ses gouverneurs placés par nul autre que lui-même, a tué, par couvertures contaminées , ou tenté de tuer par contamination les plus faibles d’entre nous, i-d, nos frères autochtones, qui sans doute, constituaient encore une menace au soutien des Canadiens (Québécois) de l’époque. Une guerre bactériologique anglaise encore…

Se rappeler de ce génocide ou de cette tentative de génocide relève de toutes les époques de guerre que nul ne saurait oublier. L’Histoire rattrapera tous les Gouverneurs généraux de tous les pays…tôt ou tard!

La rue Amherst doit devenir rue Falardeau!

Et un dépotoir quelque part au Québec: Dépotoir Amherst!

Prouvant l’échec des tentatives de ségrégation raciale, devra être nommé, pour nous en rappeler.

Gilles Paquette
C»C»: P.É. Robert, SSJB-M

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !