Rechercher
Close this search box.

In memoriam – Mon hommage à Benoît Pelletier dans LinkedIn ce matin

Bonne joute oratoire au paradis, Benoît! 😥

« Le dernier des mohicans autonomistes au parti de Jean Lesage »

Une triste nouvelle qui me choque personnellement à plusieurs niveaux. Benoît Pelletier aura tout d’abord été un professeur de droit primordial pour l’étudiant que j’étais à l’époque de Meech-Charlottetown. Ce qui donnera naissance à une tradition plus ou moins annuelle de discussions passionnantes à l’un de ses bureaux ou au restaurant; j’étais flatté qu’il pense à solliciter mon avis, surtout à son lancement en politique. Nous parlions de politique municipale, provinciale et nationale, et il m’appelait sans défaut.

Pour moi, il est le dernier des mohicans autonomistes au parti de Jean Lesage, un dernier intellectuel dans ce parti désormais exsangue à cet égard. Je l’ai déjà taquiné en le qualifiant de Nationaliste errant du PLC, mais il n’a jamais regretté son beau risque personnel de devenir la caution du fédéralisme payant de Jean Charest, puis de Philippe Couillard, même si son legs se dilue chaque année au Conseil de la fédération par négligence des premiers ministres québécois s’y succédant.

Ce risque, il l’a payé chèrement auprès des militants libéraux de l’Outaouais et de certains collègues députés qui s’en méfiaient, ce dont il était amèrement conscient.

Mais, fidèle à son image de gentilhomme politicien, il ne l’a jamais laissé paraître. Car elle n’était pas qu’une image, il ne se laissait jamais aller en privé à faire de la petite politique minable. Il aurait fait un excellent maire de Gatineau, comme je lui avais suggéré lorsqu’il a quitté, mais difficile de redescendre d’un niveau, surtout lorsqu’on est sollicité au même moment pour “monter” au national.

Mais je ne crois pas qu’il aurait été heureux dans aucun des partis nationaux canadiens à l’époque ou depuis. En fait, je lui avais fait remarquer qu’il aurait été tout à fait à sa place dans le Cabinet du Tonnerre de René Lévesque en 1977, ce qu’il détournait humblement comme compliment; il n’aura simplement jamais été jusque-là dans sa réflexion.

Toutes mes condoléances à sa famille éplorée, à ses étudiant.e.s privé.e.s désormais de son mentorat bienveillant, pour ce départ beaucoup trop hâtif. Nous n’aurons plus sa sagesse pour nous guider dans nos (d)ébats juridico-politiques à venir, dans cette nation qui n’a pas fini de changer, dans ce pays qui sait de moins en moins quoi faire avec cette nation, qu’il savait si bien expliquer aux deux solitudes.

Bonne joute oratoire au paradis, Benoît! 😥

https://www.linkedin.com/posts/andr%C3%A9-dorion-075a5585_lex-ministre-qu%C3%A9b%C3%A9cois-beno%C3%AEt-pelletier-activity-7180543679974014977-MoqR?utm_source=share&utm_medium=member_desktop

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !