Rechercher
Close this search box.

Merci à Pierre Schneider qui nous annonce son départ…

« Le Québec demeure une colonie enclavée et enchaînée dans l’Amérique britannique, héritière de l’Empire britannique. »

Pierre est un témoin, d’une rare intelligence, culture et honnêteté, de la volonté de liberté du peuple québécois de 1960 à nos jours. Et ses derniers mots sont pour redire sa confiance dans le peuple québécois.

Un des fondateurs du FLQ en 1963, il a écopé de 3 ans de prison et a travaillé par la suite comme journaliste et critique d’art au Devoir et surtout au Journal de Montréal. Un homme bon, courageux, sincère, humain, qui a cru qu’il fallait réveiller les Québécois et briser le blocage de la Révolution tranquille, incapable d’aller jusqu’à la décolonisation, comme celle qu’on voyait se produire un peu partout dans le Tiers-Monde à l’époque, avec Castro, Che Guévara, Mandela, Mao, etc.

Pierre est un de ceux qui a témoigné le plus fortement du fait que le mouvement de libération et d’indépendance du Québec a été et demeure lourdement inflltré par la GRC et la CIA, via des traîtres québécois, dans le but de maintenir, comme il le dit, «la soumission des peuples». La crise d’octobre 1970 résume à elle seule cette situation dramatique du peuple québécois, laquelle demeure essentiellement la même encore aujourd’hui. Le Québec demeure une colonie enclavée et enchaînée dans l’Amérique britannique, héritière de l’Empire britannique.

Pierre est sans doute, avec Paul Rose, un des personnages les plus emblématiques du désir de liberté du peuple québécois. Son appel doit continuer plus que jamais à résonner dans la tourmente mondilisante des nouveaux maîtres du monde qui risque de nous emporter comme peuple. La Révolution tranquille du Québec n’est plus seulement bloquée: elle est en train d’être noyée et emportée.

Trudeau, Legault, les GAFFAM, la dictature russe et chinoise et la meute des wokes n’ont cesse de raser toutes les identités, toutes les humanités et toutes les libertés.

En ces temps où les jeunes générations ont tendance à vouloir tasser la génération précédente jugée gâteuse, Pierre témoigne de l’importance d’entendre les anciens et de consulter leur intelligence, leur courage et leur persévérance.

Hommage à BOZO LES CULOTTES! À nous de nous en montrer dignes.

Tous les livres suivants de Pierre Schneider à https://dusoleil.leslibraires.ca/ecrit-par/?ia=3125729&tri=plus-populaires&view=details

Et Pierre Schneider (1925-2013) a écrit chaque semaine dans L’Express, des années 1950 jusqu’aux années 1990, parallèlement à son activité d’écrivain…

Pierre Schneider raconte ses mémoires et le fruit de ses recherches
Par Charlier Mercier

Ex-felquiste, ancien journaliste et éditeur au Journal de Montréal, Pierre Schneider a récemment publié l’essai La République assassinée de Daniel Johnson. Dans son livre, le Sauverois raconte les troubles du mouvement nationaliste des années 1960 et 1970. L’essai paru aux éditions du Mont Royal en octobre dernier aborde deux grands thèmes, soit le projet de république et la mort de l’ancien premier ministre Daniel Johnson (père) et le mouvement indépendantiste dans lequel s’est inscrit le Front de libération du Québec (FLQ).

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !