Rechercher
Close this search box.

La complaisance et désinvolture face au racisme de J A MacDonald

 

La complaisance et désinvolture face au racisme de J A MacDonald et du Chemin Roxham : l’hypocrisie du gouvernement Trudeau

Deux classes de réfugiés Extrait (3) Il est aberrant de constater que les demandeurs d’asile qui arrivent par un point d’entrée (officiel) ont moins de droits que ceux qui rentrent par le chemin Roxham. En effet, les demandeurs légaux n’ont pas droit à une audience devant la section des réfugiés de la Commission de l’immigration et de la protection des réfugiés (la CIPR) s’ils ne respectent pas les 4 critères mentionnés à l’entente Canada-USA sur les tiers pays sûrs, alors que les demandeurs illégaux y ont droit, selon l’interprétation actuelle qu’en fait le gouvernement Trudeau, en contravention des articles 100 et 101 de la LIPR. Pour consulter l’intégralité Chemin Roxham: L’hypocrisie du gouvernement Trudeau.

JOHN A. MACDONALD ? – Association for Canadian Studies

Extrait… Les accusations de racisme, de sexisme et d’autres points de vue et comportements discriminatoires portées contre Macdonald sont actuellement en vogue. Celles-ci doivent être examinées avec soin. Il est facile de lancer de la boue et c’est très difficile à laver. Quelle est la preuve et comment celle-ci s’applique-t-elle au contexte de l’époque ? De l’autre côté, il existe des preuves abondantes de sa gentillesse sincère pour de nombreuses personnes— hommes, femmes et enfants, indépendamment de l’âge, la profession, le statut, la foi, la culture ou la race. C’était dans le camp de ses adversaires que l’on trouve l’expression d’attitudes amères envers ses concitoyens francophones et catholiques. L’empathie de Macdonald pour les gens du pays et les hommes et les femmes travaillant dans les villes a jeté les bases de la démocratie conservatrice qui continue à être très importante dans le tissu politique du Canada. (…) https://acs-aec.ca/wp-content/uploads/2019/05/CITC-2015-Ete.pdf

Le censure et le révisionnisme sont à la démocratie ce que la violence est à la dictature. 


L’ACCUSATION DE GÉNOCIDE 

John A MacDonald: « Riel sera pendu, même si tous les chiens du Québec aboient en sa faveur » 

Concernant les politiques génocidaires linguistiques au Canada, la définition de génocide culturel par Lemkin s’applique aux Peuples autochtones et aux Francophones du Canada.

Il serait important que nos représentants élus mettent de l’avant la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948. Ce qui y est écrit s’applique également en ce qui concerne les politiques génocidaires à l’encontre des Francophones du Canada et du Peuple québécois. C’est la grande noyade que déplorait René Lévesque déjà dans les années 70.

L’accusation degénocide. Facing History and Ourselves

Suite à mon courriel concernant la définition de génocide selon Lemkin, un de mes contacts Rhéal ajoutait:

Je suis d’accord avec toi. Il serait judicieux que nous, incluant les députés du BQ et du PQ, situions les interventions sur les crimes commis par les colonialistes anglo-saxons contre la Nation française d’Amérique dans le même cadre d’analyse que celui des Autochtones et utilisant la définition de génocide culturel selon Lemkin.

Citation du Chapitre 7 :

« Toutefois, pour Raphael Lemkin, le juif polonais qui a créé le terme génocide dans son ouvrage Axis Rule in Occupied Europe, la destruction culturelle d’un groupe était tout aussi importante que l’anéantissement physique de ses membres. »

Dans l’article 2 de la convention de 1948, le génocide « s’entend de l’un quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, [en] tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : »

  • Le ravage de la Côte Sud et le bombardement de la population civile de la ville de Québec pendant 3 mois en 1759.
  • La pendaison des Patriotes et le fait de faire passer Louis Riel pour un fou et de le pendre.
  • Toutes les mesures d’assimilation à l’anglais.
  • La déportation des Acadiens.
  • La fermeture de toutes les écoles françaises ailleurs qu’au Québec. (…)

Nous devrions argumenter que ce sont «des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, [en] tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial».

 Le multiculturalisme, outil d’assimilation massive d’un peuple:

La politique du multiculturalisme canadien semble être directement inspirée de la vision de Franklin Roosevelt, qui avait suivi agacé le débat sur la conscription au Canada. En effet, débordé par les forces de Hitler, il avait démontré une bonne dose d’impatience envers ces empêcheurs d’aller en guerre, qu’étaient ces francophones.

Voici un extrait d’une lettre envoyée au premier ministre canadien Mackenzie King:

« Tout cela m’amène à me demander si le Canada et les États-Unis, tentant ensemble vers un but commun, ne pourraient pas établir une sorte de planification – qui n’aurait pas besoin d’être écrite, ni même rendue publique – qui nous permettrait d’atteindre plus rapidement notre objectif d’assimiler les Canadiens français de la Nouvelle-Angleterre et les canadiens français du Canada dans l’ensemble de nos société respectives… On peut bien sûr, procéder de plusieurs façons, selon les circonstances locales. On pourrait peut-être leur faire miroiter de meilleures chances de réussite dans d’autre régions du Canada et des USA et, en même temps, offrir plus d’occasions aux non-canadiens français de se mêler davantage à l’autre groupe ethnique dans ses propres communautés. »

« Les longs souvenirs font les grands peuples. La mémoire du passé ne devient importune que lorsque la conscience du présent est honteuse » -Charles de Montalembert

Pierre Cloutier LL.m
Cet article nous a été communiqué par Lorraine Dubé lorraine.dube@hotmail.com

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !