« Je ne m’y habitue pas ! »

Adresse utile : Pour envoi de plaintes à l’OQLF à plaintes@oqlf.gouv.qc.ca pour vos propres appareils ménagers.

La cuisinière :

  1. La cuisinière affiche l’heure grâce au clock   ou le cas échéant le timer que je dois set ou reset.
  2. Si je la mets en marche ou que j’utilise une fonction, elle sera  on / off
  3. Je veux mettre le rôti au four?  Je devrai faire un choix entre  bake et broil.  Sinon, je pourrais préciser et indiquer au four qu’il s’agit de frozen bake / no preheat, lasagna ou pizza et ajuster la température au temp désirée sans oublier de confirmer via start.
  4. J’utilise parfois une surface de cuisson pendant que le four est en marche. Au besoin je dois presser sur size pour activer toute la surface ou seulement la moitié.
  5. Question de ne pas brûler le plat, il importe de programmer la cuisson, ce que je ferai en utilisant les fonctions cook time ou delay et timer  si je veux faire coïncider la fin de la cuisson avec l’heure du repas.
  6. En attendant, je veux parfois garder un autre plat au chaud, ce qui est possible avec la fonction keep warm.
  7. Question de surveiller quand même ce qui se passe dans le four, je presse sur le bouton light.
  8. Fin de la cuisson …  je cancel  mais attention, ça ne parait pas mais il y a une hot surface.
  9. Demain je nettoierai le four « autonettoyant » avec le self clean.

Et que dire de la laveuse et de la sécheuse? Dans le partage des tâches ce n’est pas moi qui utilise ces outils merveilleux.  Tout de même j’aimerais bien comprendre son langage.

What to wash

Eh oui! Il faut préciser ce que vous lavez :  bulky items,  whites,  colors, towels, sanitize with oxi  lavage à l’eau froide cold wash ou autre température, hot warm cold, quick wash et pour démarrer  hold to start.

Et sans autres commentaires, complétez votre apprentissage de l’anglais :

  1. Regular,  normal,  delicates,   wrinkle control,  heavy duty, gentle,  hold 3 seconds for control lock,  hydrid care,  energy options.
  2. Cold / off,   with afresh,    clean washer,  drain  and spin,   cycle signal,  extra rinse, pre soak 
  3. Hot /  fast,   l ight , heavy,  soil,  spin    

Sécheuse

Il faut choisir la température de séchage dryness, temp, prolonger le temps de séchage au besoin more time s’assurer que c’est le bon cycle speed eco wrinkle shield et comprendre les signaux sonores et autres modes de programmation : timed dry,  cycle signal, damp dry signal et end.

Faites-moi grâce de l’ouverture sur le monde et du « T’es bilingue après tout! »   Nous avons une langue française dite « langue commune des Québécois » selon la charte de la langue, les fabricants d’appareils domestiques s’en balancent et l’Office de la langue française détourne les yeux. Vous êtes acheteur? Où vous ne remarquerez même pas où le vendeur de sa voix suave vous racontera que ça n’existe pas le français dans ce domaine sur le marché nord-américain parce que ce serait trop coûteux mais par contre la documentation est présentée en trois langues et que de toute façon l’anglais doit apparaître parce que c’est la langue d’Amérique du nord et si vous y tenez vraiment il y a quelques appareils de bas de gamme qui sont bilingues. J’ai noté qu’en effet seuls les appareils les moins chers s’affichent dans les deux langues. Ce qui crée de la confusion vu l’espace limité pour inscrire le texte. Voir à cet effet les feuillets bilingues illisibles de Canadian Tire.

Un jour chez Tanguay à Québec : « Mais n’y a-t-il pas une demande pour l’usage du français sur ces appareils? On ne vous l’a jamais demandé? On ne nous a jamais signalé cette agression anglicisante quotidienne qui afflige des millions de foyers? Et vous comme commerçant, vous n’avez jamais signalé cette incongruité à vos fournisseurs? »

Ce à quoi on me répondit : « Encore faudrait-il qu’il y ait une demande d’un client. Les fabricants s’ajustent plutôt à la demande. Or de demande nous n’en avons point de ce genre » eut-il pu répondre s’il avait eu des lettres.

Mais comment un fabricant (sourd par intérêt) peut-il se plier à une demande qui ne lui parvient jamais. C’est ainsi que j’ai suggéré au patron de mon interlocuteur vendeur d’appareils ménagers de fournir systématiquement à ses clients un formulaire permettant de joindre les autorités appropriées de chaque fabricant pour lui signaler son intérêt pour la normalité francophone au Québec. Et pourquoi pas avec copie conforme au bureau du premier ministre et à l’Office de la langue française puisque cette institution ne semble pas perdre beaucoup de sommeil à cause de cet envahissement de la langue d’Henri VIII dans nos demeures.

Il est peut-être encore temps d’en parler en commission parlementaire en marge de la loi 96?

Gérard Laurin, Gatineau

P.S.

Parlant de la Charte de la langue française Camille Laurin nous explique la nécessité de l’unilinguisme français dans l’affichage.  Y a-t-il affichage plus influent, plus permanent que l’ensemble des inscriptions utilisées sur les appareils ménagers qui se retrouvent en permanence dans les millions de foyers québécois? Comment ce phénomène a-t-il pu échapper à l’attention de l’OQLF?

La citation ci-dessous est tirée du volume : (Une traversée du Québec, préface de Jacques Parizeau, publication posthume de textes de Camille Laurin, l’Hexagone, p. 134)

Le gouvernement se devait d’attacher beaucoup d’importance à la francisation du paysage québécois parce que cette dimension touche quotidiennement chaque citoyen et qu’elle met en cause le visage que le Québec présente à la fois à ceux qui l’habitent et à ceux qui lui rendent visite. René Lévesque s’adressant à Alliance Québec : « Il ne faut pas ressusciter aux yeux des nouveaux venus l’ambiguïté qui prévalait autrefois quant au caractère de notre société. À sa manière en effet chaque affiche bilingue (a fortiori unilingue) dit à l’immigrant qu’il y a deux langues ici, on choisit celle que l’on veut ». Il nous apparaît vital que tous prennent conscience du caractère français de notre société. Or en dehors de l’affichage, ce caractère n’est pas toujours évident.

 Mots du rapport Plourde-Legault : « ce domaine de l’aménagement linguistique est devenu un symbole important, celui de l’affirmation de l’identité collective québécoise, le signe de la réappropriation du territoire et de la force économique francophone, la manifestation de la volonté de transmettre un message clair selon lequel le français est la langue officielle du Québec et la langue commune de la vie publique du Québec ».  

Or ce n’est pas exactement le message que nos appareils nous livrent contre notre volonté.

Adresse utile : pour envoi de plaintes à l’OQLF à plaintes@oqlf.gouv.qc.ca pour vos propres appareils ménagers.

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !

L’anglais comme véhicule de diffusion de la pseudo-science (suite)

Par Charles Xavier Durand