Rechercher
Close this search box.

Mobilisation internationale! Appel aux appuis contre le gouvernement et Air Canada

Sur le sujet, voir l’article publié dans Causeur à https://www.causeur.fr/air-canada-francais-langue-michel-rousseau-217010

D’abord, j’aimerais remercier tous ceux qui ont apporté leur soutien à la pétition (que l’on peut toujours signer par un simple courriel à imperatif@imperatif-francais.org.) de notre ami et collègue québécois Jean-Paul Perreault, d’Impératif français.

Ensuite pour motiver ceux d’entre vous, défenseurs et amis de la  langue française, qui hésitent encore à apposer leur signature au bas de son document, je vous laisse imaginer le scénario suivant pour bien illustrer ce qui se passe avec le PDG d’Air-Canada, Michael Rousseau. Comprenez bien que l’affaire ubuesque qui nous préoccupe ici demande notre adhésion à tous, inconditionnellement. 

Si, je dis bien si le PDG actuel d’Air-France-KLM lui-même, anglophone de son état, – déjà parachuté on ne sait comment à la tête d’une compagnie française  – ne s’exprimait qu’en anglais en France…. Si, comble de la « vacherie la plus crasse » – désolé pour l’expression -,  il poussait l’indécence à claironner dans tout le landerneau médiatique hexagonal qu’il n’a jamais appris le français et, que même à la tête de cette immense compagnie tricolore et qu’en vivant en partie dans ce pays, il n’a aucune envie ni aucun besoin d’apprendre le moindre mot de notre langue commune, quelle tête ferions-nous ?

Si, pour asseoir encore plus son mépris et son arrogance envers la langue et la culture du pays qui l’accueille, ce  pays-souche de la langue de plusieurs centaines de millions de locuteurs à travers la planète, ce même PDG en venait à remercier et à féliciter la France et les Français qui lui permettent «  avec tant de bienveillance » de s’exprimer uniquement en anglo-américain avec cet aplomb de gens qui ne reculent devant rien  pour faire avaler  leur marchandise frelatée, comment réagirions-nous ?

Nul doute qu’avec un génie consommé de la manipulation et avec des mots aguicheurs il arriverait, à l’instar d’un Michael Rousseau méprisant et hors-la-loi, à mieux endormir les masses, à leur faire sentir leur culpabilité de s’exprimer dans  « un langage » désormais ringard, donc inutile, de surcroît bas de gamme et misérable, de leur faire comprendre, sans le dire clairement, que désormais la doctrine du colon anglo-américain devra s’appliquer dans une France qui n’a  plus guère d’autre choix que de se coucher et de ramper pour éviter de faire trop de vagues dans le concert des nations.

 Le plus grotesque dans la farce québécoise, c’est que non content de se comporter comme en pays conquis, à l’image de tous ces potentats et autres décideurs anglo-américains qui imposent leur seul et unique « baragouin » où qu’ils débarquent à la surface du globe, Michael Rousseau  peut s’appuyer sur l’insignifiante minorité… colonisatrice anglo-saxonne du Québec. De bourreaux, ces derniers se transforment en un rien de temps en victimes dès que leurs sordides desseins de prédation sont démasqués et alors, subitement, passés maître dans l’art de la victimisation, ils s’ingénient à faire croire à tout un peuple  francophone chez lui, lequel n’aspire qu’à vivre et à déambuler dans sa langue et sa culture, que c’est lui l’affreux colonisateur qui piétine leurs droits et qui ne songe qu’à les éliminer. On marche sur la tête…

Cela dit, les Québécois comptent sur votre signature à tous, muni d’un résumé bio en deux mots, car toute réaction provenant d’autres pays francophones ne peut qu’avoir son pesant d’indignation sur les destinataires de la pétition, les obligeant à prendre des décisions immédiates pour qu’Air Canada respecte la loi en vigueur sur les langues officielles. Merci à vous.

Philippe Carron
Collectif Langue française, Suisse romande
Membre du HCILFF



Exemple de courriel en appui à ce texte :
 

Lutte universaliste contre le déboussolage général des esprits
Contre la folie du monde

 M. Carron montre bien l’énormité de la situation qui nous est imposée partout, ainsi que l’insupportable inversion des valeurs et du sens des mots, y compris… en français, sur laquelle elle repose.

Nous vivons d’ailleurs la même chose sur d’autres terrains où les pires régressions sociales sont nommées «réformes» et où des expéditions néocoloniales violant insolemment la Charte de l’ONU se voient qualifiées d’ «ingérences humanitaires» et de lutte pour le «droit»…

La bataille pour la, pour LES langues, est en dernière instance une lutte universaliste contre le déboussolage général des esprits, c’est-à-dire contre la folie du monde.

G. Gastaud (CO.U.R.R.I.E.L.)

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !