La fête nationale et la Saint-Jean auront lieu… si tout le monde s’y met!

La fête nationale du Québec

Il ne sera pas dit que la pandémie vous empêchera de célébrer votre fête nationale du Québec!
L’an 2020 connaîtra les plus grandes festivités « populaires » de l’histoire du Québec si tout le monde s’y met!

Dans plusieurs pays du monde, la fête nationale est une fête « populaire », la fête du peuple où les populations s’emparent des trottoirs, des rues, des plages, des parcs… avec leurs systèmes de son et leurs pique-niques pour célébrer!

À la lumière des consignes gouvernementales qui interdisent la tenue de grands rassemblements, comme les grandes célébrations nationales au Québec, le mouvement Impératif français invite la population du Québec à organiser, les 23 et 24 juin, des fêtes de jardin, de balcon, de galerie, de trottoir, de piscine, de parc, dans le respect des consignes et au son de la musique de nos excellents artistes du Québec et de la francophonie.

Est aussi venu le temps de pavoiser ses galeries, fenêtres et balcons du drapeau ou des couleurs bleu et blanc du Québec!
Pour les Québécois et les Québécoises à l’étranger, profitez de la fête nationale pour inviter vos connaissances et ainsi leur faire connaître la nation québécoise.

Feu de la Saint-Jean

La fête de la Saint-Jean

Par la même occasion, nous invitons les communautés francophones et acadiennes à se joindre à ce grand « mouvement de solidarité » pour la Saint-Jean et à célébrer nombreux la traditionnelle fête de la Saint-Jean.

Partagez!

La fête, ça se partage!

Nous vous demandons les soirs du 23 et 24 juin de photographier et de filmer, sur vos appareils cellulaires, vos réjouissances et de les partager avec vos amis dans les médias sociaux.

Le Monde verra qu’au Québec nous construisons une nation différente et fière d’elle-même au point de le dire partout!

La fête s’en vient!

C’est le temps d’y penser et de l’organiser…

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !

L’anglais comme véhicule de diffusion de la pseudo-science (suite)

Par Charles Xavier Durand