Rechercher
Close this search box.

Ce nom manque de fraîcheur!

Le français existe et peut s’employer sans douleur. « (Ici), le manque de génie est carrément évident et l’insulte à notre identité culturelle se perpétue. » « Un nom complètement français est le minimum acceptable ici au Québec. »


De : Jocelyn (Support) [mailto:chef@culiniste.ca] Envoyé : 19 août 2017 11:54
Objet : Le français existe et peut s’employer sans douleur.##- Please type your reply above this line -##

Jocelyn (Goodfood Market)

Aug 19, 11:53 EDT

Bonjour André,

Merci de la réponse rapide et de la leçon d’histoire.

J’aimerais vous faire remarquer que notre nom d’entreprise est bilingue : Marché Goodfood. Jadis, nous nous appelions «Culiniste». Étant donné la croissance imminente vers le marché anglais, nous avons donc pris la décision de mieux représenter notre clientèle, car elle est bilingue et représente le Canada. Depuis ce changement, nous ne faisons que croître en tant qu’entreprise.

Nous avons donc déjà fait face à ce dilemme et le conseil d’administration se sent très confortable avec cette décision.

Si vous y voyez une insulte, ce n’est pas notre intention, nous voulons seulement nourrir les gens, peu importe la langue, en leur offrant la meilleur expérience possible, tout en encourageant la création d’emploi au Québec, et en priorisant les aliments d’ici à 100%.

La qualité de mon français n’est pas aussi soignée que la vôtre, malgré que ce soit ma langue maternelle, je vous formule donc mes excuses sincères et mes salutations distinguées.

Au plaisir,

Jocelyn

Member Happiness Team/ Équipe de soutien aux membres
makegoodfood.ca
Vous aimez notre concept? Invitez vos amis à nous essayer! Cliquez ici!
Like what we do? Send your friends invites! Click here!


Marc-André

Aug 19, 11:31 EDT

Gatineau le 19 août 2017

Cet argument est de la pure schizophrénie rien de plus.  C’est un argument donc peu stable et peu intelligent même si vous vous entêtez à y croire.  Un nom complètement français est le minimum acceptable ici au Québec.  Surtout n’allez pas croire que j’ai de quoi contre l’anglais, je suis trilingue et je baragouine une quatrième langue, mais une langue doit être respectée à sa pleine valeur.  On ne peut pas être à cheval sur la cloture à vitam aeternam.  En passant au moyen âge c’était une façon de torturer les gens.  On les assoyaient à cheval sur un machin en bois de forme triangulaire avec des poids attachés sur les chevilles.  Avec le temps, on finissait par en mourir.  Le corps se faisait pénétrer par le morceau de bois qui scindait l’humain en deux et qui mourrait.  C’est la même chose avec la langue.  Si on parle le français, on parle le français correctement en respectant les règles sémantiques et si on parle l’anglais, on parle aussi l’anglais correctement.  Comme j’ai fait mes études en anglais, j’ai pu constater que même les anglos parlent plus souvent qu’autrement un mauvais anglais et ils ne l’écrivent pas mieux.

Je vous redemande de rapporter à votre conseil d’administration ces commentaires et de proposer de s’éloigner de ls schizophrénie linguistique.  Ce n’est pas très santé et ce, pour ne pas ternir votre intention de rester en affaire longtemps.  Autrement votre entreprise ne fera pas long feu ici au Québec.  Avec les moyens techniques modernes, il n’est vraiment pas compliqué de faire les correctifs et ainsi démontrer le respect pour le peuple québécois.

Je vous remercie de prendre le temps de me lire et je veux savoir où ira cette missive.

Salutations distinguées

André R. Bolduc

Cc. Impératif français,  Jean-François Lisée, Alain Therrien Agnès Maltais


Jocelyn (Goodfood Market)

Aug 19, 10:56 EDT

Bonjour Marc-André

Merci d’avoir pris contact avec nous, ça me fait plaisir de vous aider! Nous avons choisi le nom bilingue Marché Goodfood pour nous permettre d’offrir le meilleur du Québec ici, et à l’extérieur de la province. Nous travaillons exclusivement avec des fournisseurs Québécois, et nous sommes fiers de créer des emplois au Québec, en vendant nos boîtes d’épicerie ici et en Ontario (et bientôt partout en Amérique du Nord!). Nos valeurs resteront toujours bien Québécoises et nous tenons à continuer à faire rouler l’économie du Québec en développant des marchés à l’extérieur de notre province.
N’hésitez pas si vous avez des questions quelconque!
Au plaisir,

Member Happiness Team/ Équipe de soutien aux membres
makegoodfood.ca
Vous aimez notre concept? Invitez vos amis à nous essayer! Cliquez ici!
Like what we do? Send your friends invites! Click here!


Marc-André

Aug 19, 10:46 EDT

Gatineau le 19 août 2017

Bonjour Chef,

Je veux signifier par cette lettre que je trouve votre nom de commerce au Québec totalement inacceptable.  Un nom de commerce peut très facilement se moduler en plusieurs langues.  Je ne comprends tout simplement pas cette mauvaise habitude que vous avez acquise, celle de trouver des noms de commerce en anglais.  Le manque de génie est carrément évident et l’insulte à notre identité culturelle se perpétue.

J’ose croire que vous allez apporter ces commentaires à votre conseil d’administration pour apporter des correctifs.  Suivez l’exemple de «Sleep Country» qui s’est fièrement françisé avec leur nom de commerce « Dormez-vous».  Où est votre fièrté de se réclamer être «canadien».  En ce qui me concerne, pour se considérer «canadien» il faut être parfaitement bilingue dans les deux langues officielles, celle du français et de l’anglais et pour se considérer un parfait vrai canadien moderne, il faut parler un minimum de trois langues.  Être unilingue anglophone est selon moi être américain.

Je vous remercie de prendre le temps de me lire et j’ose espérer que l’étiquette du savoir faire, se manifestera en un accusé de réception accompagné de commentaires honnêtes.  Taquiyya est une très mauvaise valeur qu’on semble avoir adopté depuis de nombreuses années.

Salutations distinguées

André R. Bolduc


This email is a service from Goodfood Market. Delivered by Zendesk

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !