« Ottawa-Gatineau » n’est pas une région

Monique Bisson

Dans la foulée d’une autre bêtise linguistique de Tourisme Montréal, qui s’est adressé uniquement en anglais aux francophones d’Ottawa, bien sûr que Tourisme Montréal doit présenter des excuses senties à tous les francophones et francophiles d’Ottawa pour cette erreur empreinte d’une ignorance méprisante que M. Alain Dupuis, vice-président de l’Association des communautés francophones d’Ottawa, a dénoncée avec raison. De plus, bien sûr que Tourisme Montréal doit corriger le tir « tout croche » de ses campagnes publicitaires et adopter une politique linguistique et l’appliquer, sans aucune exception, pour exposer aux yeux du monde que Montréal est la « métropole francophone d’Amérique du Nord », et ce, en présentant une animation uniquement en français lors de tous les spectacles des fêtes du 375e.

Par ailleurs, dans de ce dossier comme dans tous les autres, un « devoir » d’exactitude respectueuse s’impose quand on traite de données relatives à Ottawa, capitale du Canada, et à Gatineau, 4e ville en importance du Québec. En conséquence, l’amalgame « Ottawa-Gatineau », créature irréelle sortie de l’imaginaire radiocanadien depuis trop d’années, ne doit plus être utilisée dans les médias pour rapporter des phénomènes linguistiques et autres parce que la région « Ottawa-Gatineau » n’existe tout simplement pas, point à la ligne.

Note de la rédaction : il s’agit de deux villes différentes, Gatineau et Ottawa, de deux régions différentes, Outaouais et capitale fédérale, dans deux provinces différentes, Québec et Ontario, de deux langues et cultures majoritaires très différentes, française et anglaise… Les amalgamer l’une dans l’autre avec un trait d’union, une oblique ou sans trait d’union ou oblique pour en faire une seule ville, une seule région, c’est nier « notre » notre nation, notre identité, notre existence!

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !

L’anglais comme véhicule de diffusion de la pseudo-science (suite)

Par Charles Xavier Durand