Rechercher
Close this search box.

«JESUS IS MY BOSS» (SUITE)

Jesus is my bossJe ne suis évidemment pas le seul à avoir été stupéfait par ce slogan «Jesus is my boss» utilisé actuellement par l’Eglise de France dans une campagne de communication (voir mon courriel du 25 avril dernier). Et certainement pas seulement parce qu’il est exprimé en langue anglaise …

Ce mercredi, j’ai eu la surprise de trouver, sur le comptoir d’un commerce, une pile de cartes postales éditées à l’occasion de cette campagne et mises à la disposition du public. Au recto on y voit le visuel déjà évoqué, celui du portrait d’un charmant jeune homme – aux allures de parfait «clergyman» diront les anglomaniaques (même si sa veste est verte, ce qui est insolite et contraire aux usages) – portant au revers de ladite veste un macaron avec la mention «Jesus is my boss«, tandis que les mots «Why not«, en gros caractères, lui barrent la poitrine.

La nouveauté est qu’au verso, en haut et à gauche de la carte postale, on lit cet avertissement : «un métier pas comme les autres«.

Ainsi, tout s’éclaire subitement, et notamment la signification du singulier «Jesus is my boss» dont il n’y a plus vraiment lieu de s’étonner désormais. En effet, la prêtrise ne serait plus une vocation, un sacerdoce, comme beaucoup, sans doute un peu «vieux dans leur tête«, le croyaient encore, mais un «métier,» il est vrai différent des autres concèdent tout de même les «créatifs de la pub» qui ont conçu cette opération. Et il faut croire que la Conférence des Evêques de France n’a rien trouvé à redire à cela.

Jean-Pierre Busnel
jpabusnel@wanadoo.fr

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !