Rechercher
Close this search box.

LES JEUX OLYMPIQUES EN ANGLAIS

Ci-dessous, la réponse du député néo-démocrate et du vice-président du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, M. Yvon Godin

Monsieur Perreault,

Je vous remercie de votre courriel sur le respect du français aux Jeux olympiques de Vancouver, un sujet qui me tient particulièrement à cœur.

Comme vous le savez sûrement, j’occupe le poste de vice-président du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, où nous travaillons sur ce dossier depuis déjà quelques années. J’ai aussi étudié le sujet à mon propre titre.

À moins de deux mois des Jeux, il est très décevant de constater les lacunes que contiennent les sites web des organismes de sport nationaux bénéficiant de Sport Canada. Cependant, cela me pousse à travailler avec encore plus d’acharnement pour que le français soit respecté aux Jeux olympiques. Au comité, nous avons reçu une multitude d’institutions fédérales et non gouvernementales qui vont avoir un impact de près ou de loin sur la tenue des Jeux Olympiques afin de déterminer s’ils respecteraient le français et de faire des recommandations pour améliorer leur performance. Je dois vous dire que certaines institutions nous ont particulièrement déçus. Les aéroports par exemple, surtout celui de Vancouver, ont mis du temps à se prendre en main pour assurer qu’une offre active bilingue ainsi que des services en français soient offerts aux clients en tout temps. Nos recommandations ont permis à plusieurs institutions d’ajuster leur tir à temps pour les Jeux. Cependant, des améliorations sont toujours attendues dans certains cas.

Malheureusement, comme Stephen Harper a décidé de proroger la session parlementaire pour servir ses propres intérêts et se sauver de l’enquête en cours sur les détenus afghans, le comité a été dissout et ne siégera pas à nouveau avant le début de la nouvelle session, après les Jeux olympiques.

Je peux cependant vous assurer que je vais continuer à suivre la situation de près afin de déterminer si tous ont respecté leurs obligations en matière de langues officielles et de demander des comptes aux fautifs. Ce gouvernement n’a pas reconnu l’importance d’avoir une place égale pour les deux langues officielles aux Jeux Olympiques de Vancouver et n’a pas obligé, en vertu de la Loi sur les langues officielles, les parties prenantes à les respecter. Malheureusement, cela veut dire que nous allons encore une fois nous retrouver à demander des excuses une fois l’événement terminé.

Cependant, après 40 ans de langues officielles au pays, des excuses ne tiennent plus. Je vous donne l’assurance que je vais continuer à travailler avec acharnement au respect du français partout au Canada, pas seulement pour les Jeux olympiques. Plusieurs des institutions, comme l’aéroport de Vancouver, qui n’étaient pas prêtes pour offrir des services dans les deux langues avant la tenue des Jeux sont pourtant tenues par la Loi sur les langues officielles de le faire, et donc fautives depuis 40 ans! C’est inacceptable et je vais tout faire pour assurer que cela ne se reproduise plus. Il est bien de se préparer pour les Jeux olympiques, mais il faut se rappeler que les francophones du Canada étaient la avant les Jeux, y seront pendant et y resteront après! Il est temps que les gouvernements de ce pays accordent au français la place égale qui lui revient.

Je vous remercie encore une fois de votre courriel et vous prie d’agréer, monsieur Perreault, l’expression de mes salutations distinguées.

Yvon Godin, Député

Acadie-Bathurst

 


De : Jean-Paul Perreault [mailto:president@imperatif-francais.org]Envoyé : 21 décembre 2009 16:27
À : Rodriguez, Pablo – M.P.; Nadeau, Richard – Député; Godin, Yvon – M.P.
Objet : Jeux olympiques en anglais et organismes fédéraux de sport

Messieurs,

Nous vous demandons d’intervenir.

En vous remerciant d’avance,

Jean-Paul Perreault

JEUX OLYMPIQUES EN ANGLAIS?

Vous trouverez ci-dessous la lettre que nous avons expédiée au Commissaire aux langues officielles et ci-joint les résultats d’une recherche sur le niveau de service en français des sites Web des organismes fédéraux de sports d’hiver présents aux Jeux olympiques de Vancouver.

Vous constaterez, selon les résultats de notre recherche, que le français, langue officielle des Jeux olympiques et du Canada, est encore une fois oublié, banalisé ou infériorisé par le Gouvernement du Canada, son ministère du Patrimoine canadien et sa « partie intégrante » Sport Canada, ceci justifiant notre inquiétude sur le sort et la place que les Jeux de Vancouver accorderont au français!

À moins de 60 jours des Jeux, nous sollicitons votre intervention auprès des autorités politiques du Canada, de la Francophonie et des Jeux de Vancouver pour vous assurer que le français aura la place qu’il doit avoir comme langue officielle et langue de l’olympisme. Vous trouverez ci-dessous quelques adresses utiles que nous vous invitons à utiliser :

James Moore
Ministre du Patrimoine canadien
MooreJ@parl.gc.ca

Pablo Rodriguez
Député libéral
RodriPa@parl.gc.ca

Richard Nadeau
Député du Bloc québécois
NadeaR@parl.gc.ca

Yvon Godin
Député du NPD
GodinY@parl.gc.ca

Steven Blaney
Président du Comité permanent des langues officielles
BlaneS@parl.gc.ca

Marcel Aubut
PrésidentComité olympique canadien
www.olympic.ca/fr/
Ici, on ne s’intéresse pas aux citoyens : adresse électronique introuvable!

Graham Fraser
Commissaire aux langues officielles
francine.leblanc-ottawa@ocol-clo.gc.ca

Sur le même sujet : http://www.cyberpresse.ca/le-droit/dossiers/vancouver-2010/200912/21/01-933148-pas-de-podium-pour-le-francais-a-vancouver.php

En vous remerciant d’avance de votre collaboration,

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
www.imperatif-francais.org

***************
Lettre expédiée au Commissaire aux langues officielles :

Le 21 décembre 2009

Monsieur Graham Fraser
Commissaire aux langues officielles
344, rue Slater, 3e étage
Ottawa (Ontario) K1A 0T8

Monsieur le Commissaire,

Nous vous invitons à intervenir sans tarder auprès des organismes fédéraux de sports d’hiver fautifs mentionnés dans notre recherche ci-jointe afin que la situation suivante soit corrigée sans tarder, c’est-à-dire bien avant la tenue des Jeux olympiques de Vancouver de 2010.

Ces organismes ne peuvent prétendre ignorer que le français est l’une des langues officielles des Jeux olympiques qui se dérouleront au Canada, pays membre de la Francophonie ayant le français comme langue officielle et dont plus de 31 % de la population affirment connaître le français.

Selon notre analyse ci-jointe, les organismes fédéraux de sports d’hiver banalisent le français avec l’appui financier de Patrimoine canadien et de sa « partie intégrante » Sport Canada. Pour eux, la place du français serait en bas du podium aux Jeux olympiques de Vancouver en février!

Notre étude démontre que sur douze sites Web, il n’y en a qu’un dont le contenu en français est équivalent au contenu en anglais. Pourtant, le ministre du Patrimoine canadien et des langues officielles décrit Sport Canada comme suit : « Partie intégrante du ministère du Patrimoine canadien, l’organisme renforce la contribution unique qu’apporte le sport à l’identité, la culture et la société canadiennes ». De quelle identité parle-t-il si le français est ainsi oublié ou banalisé?

Vous trouverez ci-joint et dans notre site Web l’étude de notre organisme de recherche et de communications.

Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire, nos salutations distinguées.

Jean-Paul Perreault
Président

 

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !