Rechercher
Close this search box.

DIFFICILE DE TRAVAILLER EN FRANÇAIS

DIFFICILE DE TRAVAILLER EN FRANçAIS
Canada – La fonction publique fédérale
encore pointée du doigt !


Bonjour M. Perreault,


Objet
: «
Difficile de travailler en français
dans la fonction publique fédérale
» (http://www.cyberpresse.ca/droit/editorial/0205/edi_302050096514.html)

Eh oui…
Et comme vous avez cent et une fois raison de réagir.

Mais pendant ce temps…

Le même Droit laisse ‘pourrir’ depuis des mois
(!!!), en page éditoriale informatisée (en principe, mise à jour
quotidiennement…),
une lettre qui promeut la résignation et la plus franche "rationalisation
mentale" face au recul du français dans ce pays présumé bilingue (lettre de
Jean-Philippe Vachon, de Hull, en:

http://www.cyberpresse.ca/droit/editorial/
ou plus précisément:

http://www.cyberpresse.ca/droit/editorial/0112/edi_301120043795.html
)

Un commentaire critique sur la chaude question
linguistique (ou une réflexion à tendance plutôt pro-québécoise, de manière
plus générale) seront publiés à l’occasion (histoire de se donner bonne
conscience, j’imagine) au compte-gouttes et… retirés de l’aire publique dans
les heures qui suivent. Or, simultanément, un mot complaisant à l’égard de la
domination de l’anglophonie sur la francité restera littéralement collé aux
bottes desdites pages, rappelant longuement à un maximum de lecteurs, tel le
supplice de la goutte d’…encre, et ce de lancinante et persistante manière,
que les francophones, après tout, ne sont qu’une banale minorité (on est loin
des deux peuples fondateurs…
*)
dans ce merveilleux pays dont la "vraie langue" ­ ainsi le voit-on en
l’occurrence confirmé chez Air Canada ­ serait l’anglais.

C’est cette dimension de constante justification
de la capitulation et de la soumission
qui rend, avant toute autre
dimension, ce journal parfaitement imbuvable (des "Jean-Philippe Vachon, outre
l’équipe éditoriale elle-même, bien sûr, Le Droit en publie constamment
et à pleines pochetées). Si, de Québec à Montréal, par Granby, Sherbrooke ou
Saguenay, on sait combien les journaux de GESCA (

http://www.cnw.ca/releases/November2000/10/c3374.html
) sont au service de
­ sinon carrément inféodés à ­ l’idéologie de la Canadian Federation,
le phénomène relève décidément de la «collaboration» (je soupèse le sens de ce
vocable) en ce qui regarde spécifiquement Le Droit de Hull
(Québec)-Ottawa (Canada).

Comme quoi la violence se manifeste quelquefois dans
les atours de la plus grande mollesse ou nonchalance. C’est la plus terrible
des violences, parce que insidieuse et ‘indolore’ à court terme.

Un pareil journal constitue une honte dans une
authentique démocratie.

Jean-Luc Gouin (
Peregrin@Q-bec.com
)

ex-citoyen de Hull,
Petite-Rivière-St-François, Québec

*
Rappel personnel : « Le Statut de la Liberté »
(http://pages.infinit.net/histoire/gouin14.html)
CC
: Le journal concerné ainsi que l’hebdomadaire Voir, édition
outaouaise.


(Le 9 mai 2002)


Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !