Le serment des députés de l’Assemblée nationale au Roi

Voici un texte que je viens de publier sur Facebook…

Qu’il me soit permis de féliciter monsieur Paul Saint-Pierre Plamondon pour sa détermination à ne pas prêter serment au souverain britannique ! Les Acadiens ont eu le courage de le faire entre 1713 et 1755 ! D’ailleurs, constitutionnellement, la monarchie britannique, en tant que monarchie canadienne, a perdu de sa légitimité, en cautionnant la nomination de Mary Simon comme gouverneure générale du Canada. En effet, le Canada étant officiellement un pays bilingue français-anglais, il me semble constitutionnellement invalide que son chef d’État n’ait pas déjà eu une connaissance fonctionnelle du français avant d’avoir été désigné ! Nos impôts servent, entre autres, à payer des cours de français à Mary Simon, tandis qu’il n’y a jamais eu, à ma connaissance (et l’on voudra bien me corriger si je me trompe) de francophones ayant occupé le poste de « gouvernorat » général du Canada qui n’aient pas eu, au préalable ( soit : avant d’y accéder), la connaissance des deux langues officielles.

Depuis l’accès à la fonction en question par Mary Simon, la monarchie constitutionnelle canadienne, a perdu toute légitimité et, à mon sens, est, par rapport à la constitution canadienne, devenue même illégale !

Il m’apparaît certain que, même si les députés du Parti Québécois restaient dans les gradins du Salon bleu pendant des semaines ou des mois, ils seront plus efficaces à faire avancer leur cause et celle de la fierté du peuple québécois qu’en se soumettant au serment en question, croyant ainsi à la promesse du parti au pouvoir de présenter éventuellement une loi pour éviter, à l’avenir, aux députés à l’Assemblée nationale, de faire un tel serment. S’ils se soumettent ainsi, cette promesse de la CAQ tombera rapidement dans les oubliettes, sous les prétextes les plus divers, tandis que si les députés de la formation péquiste restent fermes dans leur refus de prêter le serment susmentionné, ils exerceront une pression beaucoup plus grande sur l’Assemblée nationale et seront la mire des médias du monde entier, qui feront connaître, un peu partout, notre situation de colonisés de mêne que le ridicule et l’anachronisme d’un tel serment, contribuant ainsi à réveiller notre conscience nationale. Il doit bien y avoir des juristes en mesure de porter la cause devant l’Organisation des Nations unies.

Personnellement, c’est depuis l’élection des premiers députés péquistes, en 1970, que j’attends qu’ils aient le courage de refuser de prêter le serment en question. Les Acadiens ont eu le courage de refuser de prêter un tel serment, de 1713 jusqu’à 1755, ce qui a eu, comme conséquence qu’ils ont été déportés de l’Acadie, à partir de la fin de l’été ou au début de l’automne 1755. On voudra bien me corriger, si, jamais, je me trompais dans certains détails.

Merci de votre attention.

Paul Rivard

 

Lisez aussi l’article « À bas la monarchie ! » paru dans le Soleil en lien avec cette lettre d’opinion : https://www.lesoleil.com/2022/09/10/a-bas-la-monarchie–9ac3faf6ea57730729b507c564245afd.

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !

L’anglais comme véhicule de diffusion de la pseudo-science (suite)

Par Charles Xavier Durand