Rechercher
Close this search box.

OPPORTUNISME LINGUISTIQUE

Des acteurs connus, des personnages importants dans la politique ou les affaires, des présumés et faux amoureux de la langue de Molière, ayant tous des attaches assassines et des connivences parfois secrètes avec certaines langues se chargent, chaque jour que Dieu fait, insidieusement, de tuer à petit feu la langue française, sa présence, sa grâce, sa sensibilité, son rayonnement.

Voici quelques conversations anodines surprises par ci par là et qui illustrent cette manière sournoise de banaliser peu à peu sous nos yeux un crime linguistique :
-Vous paraissez être un « winner » dans vos projets !
-Je ne suis certainement pas un « loser » d’ailleurs avec la nouvelle attitude du gouvernement je vais faire un «comeback » fiscal vers la France.
-Je suis un véritable « geek » (pour addiction ou dépendance à Internet)
-Tu es vraiment « has been ».
Et j’en passe et des meilleures !

Ainsi, pour mieux faire passer la pilule, on vous choisit une belle fille qui a vécu dans une grande ville anglaise ou américaine et on vous la fait revenir en France pour l’entendre prononcer un approximatif français avec accent typique de là-bas.
Imaginez que cette fille soit celle qui passe souvent dans une émission à grande écoute de la télévision par exemple, rendez-vous compte du nombre de téléspectateurs qui constatent parfois avec plaisir l’exotisme de cette façon de parler et qui presque tous impérativement tombent naturellement sous le charme.

Le message passe encore mieux lorsque cette fille prend tous ses airs de star dévergondée, en jouant un certain jeu de sensualité quitte à montrer un peu de ses charmes, pour vous dire : what else ?
Et curieusement, le lendemain au boulot, dans la rue, dans les allées des grands magasins on entend plus que what else ?

Je me demande bien comment nommer pareille malédiction de gens qui « s’enfoncent un clou dans leur propre tête » en devenant porteur de destruction de l’élément le plus important de leur propre personnalité : la langue !

Car, il faut bien malheureusement admettre que tout le monde sait mais préfère ignorer que « challenger » veut dire prétendant ou postulant au titre, rival, Spam veut dire pourriel, mail : courriel, chater : bavarder ou clavarder, low coast: bas prix, dispatcher : répartir, week end: fin de semaine.

Je ne vois quelque intérêt dans cet engouement à l’anglicisme que pour le fait que la langue française étant pauvre en obscénités on se permette dès lors d’utiliser le vaste répertoire d’en face bien plus expressif, éloquent et large car il est bien vrai que prononcer des indécences, des grossièretés et des vulgarités y est beaucoup plus facile et aisé ! Par on ne sait quelle calamité les gens préfèrent s’imposer de parler en utilisant les anglicismes comme pour montrer leur avance sur le temps et sur les autres !

Je comprends que les services proposés dans les banques, les hôtels, les postes, les autoroutes les aéroports utilisent sciemment et abusivement l’anglais pour répondre à un souci économique ou parce qu’il y a là des gens qui ne comprennent pas le français mais de là à faire des affiches en pur anglais à St pierre du Var, village de cent quatre habitants qui voit arriver une fois par hasard au mois de juillet un couple d’anglophones …….

ABDELMADJID ADOUR

Nous avons besoin de vous

Contribuez à Impératif français en faisant un don ou en devenant membre !